العربيةFrançais

Marrakech

Le Times Magazine consacre un article à Marrakech et salue les avancées de la condition de la Femme Marocaine dans son accés au champ politique National et Régional (Une lecture dans l'article parru en anglais)

fz_elmansouri

Le 3 janvier 2013, le times magazine recoit, Fatim-Ezzahra EL MANSOURI, Maire de Marrakech et commente cette rencontre par le titre "Femme maire de Marrakech, ce un vrai signe de changement?"

 

Aux bureaux de cet ancien et historique bâtiment de la ville, nous avons rencontré une femme moderne à la tête de la "ème grande ville du Royaume avec plus d'un million d'habitants. Le Maire de Marrakech admet qu'elle ne correspond pas à l'image stéréotypée de l'Homme politique. Mais ce pays de l'Afrique du nord , avec ses trentes millions d'habitants, qui su évité les influences du printemps arabe,  qui est l'allié stratégique des Etas Unis pour lutter contre la montée du mouvement islamique dans la région du maghreb, se lance  petit à pêtit dans la réforme de son système politique  tout en respectant les principes de base qui est l'allégeance à  la monarchie marocaine et à sa Majesté le Roi Mohamed VI. " les  les gens étaient surpris de voir une femme comme moi élue" dit fatim-Ezzahra EL MANSOURI 37 ans " j'ai réalisé les éspérences des gens qui étaient avides aux changements".
Si les marocains veulent le changement, les signes sont fiorts avec cette jeune femme qui gagné les élections communales en 2009, à l'age tendre de 33 ans. Une avocate de formation  française, dont le père était un  haut fonctionnaire de L'Etat pour longtemps, EL MANSOURI, a mené une compagne électorale à l'occidentale, presque inconnue des  Marocains, elle a silloné les trottoirs, questionner les habitants sur leurs attentes dans un pays où pour longtemps la liberté de l'opinion étaient réprimée contrairement à la réalité d'aujourd'hui où est bon d'exprimer son opinion en toute liberté " je vais toujours dans les quartiers dans les quartiers et rencontrer des gens" dit elle en soulignat que ces conversations directes sont entièrement nouveaux au Maroc.
Mansouri, qui a représenté un nouveau  parti politique appelé authenticité et Modernité ( connu sous l'acronyme Français PAM) n'avait aucun militant  radical. Son parti est composé dans sa majorité, de l'élite nationale qui ont de bonnes relations avec sa Majesté le ROI qui cherchent une démocratie laique libérale et la modernisation de l'entreprise privée comme alternative à la ùmontée fervante du mouvement islamique. En dépit de cette montée, EL MANSOURI, a trouvé un public réceptif  parmi les habitants qui souffraient pendant des années  de la corruption qui sévicaient à l'hôtel de ville.EL MANSOURI a évincé le Maire sortant Omar EL JAZOULI, un pôliticien conservateur de 70 ans qui a depuis reconnu coupable de détournement de fons pubmlics et condamné à une amende de plus de 1,3 millions de dollars.
Pour beaucoup d'habitants, l'élection de EL MANSOURI semble amener un peu d'énergie fraiche. "Avant, nous avons eu un maire qui était un voleur et n'a rien fait dit Yopussef Boubekri, un superviseur de la construction locale,assis sur un banc de parc de proximité de la vieille ville Marrakech,  principale attraction touristique de la ville. Avant EL MANSOURI, les promoteurs immobiliers payaient régulièrement des pots de vin pour  obtenir des permis de construire, dit il. "il y'avait un réel changement après son élection."
Ce changement n'a pas été facile. EL MANSOURI affirme que beaucouop de gens trouvent qu'il est difficile de croire qu'une femme ( à portiori  si  jeune) peut exercer un réel pouvoir  et craignaient que ses décisions soient dictées, dans les colisses,  par les conseillers hommes. Elle rit à l'affirmation.

Présidente d'un conseil communal de 96 membres, EL MANSOURI pônr comme une de ses priorités le renforcement des acticités et équipements sportifs, qui selon  elle sont primordiales pour atténuer les frustrations de milliers de jeunes sans emploi, semblables à ceux qui ont pris d'assaut les rues de Tunisie et d'Hygipte et ont déclenché le printemps  arabe. " ces jeunes sortent de l'école et n'ont rien à faire" dit elle ce sont des heures qu'il faudra remplir.
En outre, EL MANSOURI se dit déterminée à freiner le développment du trourisme qui a sévi à Marrakech et qui a proliféré pendant les années de boom touristique à partir des années 2000. Elle dit qu'elle a convaincu plusieurs promoteurs à modifier leur plan" quand je suis arrivée, sur mon bureau il y'avait 20 terrains de golfs autorisés et 12 d'entre eux avaienet été construits dans une ville qui a ungrand problémé d'eau. Dit elle. Sa position ferme a attiré les foudres de certains promoteurs.

Les prioriotés du maire ont été jetées dans la tourmente  en Avril 2011, quand un kamikaze a explosé un café à la place Jamaa El Fna. Un café trés fréquenté par les touristes et entrainant la mort de 14 personnes . elle dit qu'elle reste profondément affectée par ce qu'elle a vu ce jour là. "j'ai la chair de poule quand je pense à ce sujet" dit elle  . " j'ai vu le corps d' une petite fille morte de 10 ans et n'est responsable de rien.

Briévement EL MANSOURI fait un état du tourisme à Marrakech qui atteint 4 millions de touristes qui ont visité la ville en 2012. EL MANSOURI qui a hérité d'un difficit budgétaire atteignat les  90 millions  de dollars en 2009, réalise aujourd'hui un exvédent d'environ 130 millions de dollars. Un grand mérite à la femme qui a su redresser la balance. " nous ne nous attendions pas beaucoup d'elle, mais nous avons certainement assisté à  une forte  baisse de la corruption." Explique Abderahim JEDDI, un avocat local pour l'association nationale des droits de l'homme. De même, hamid BENTAHER, Président du Centre Régional du Tourisme à Marrakech, admet que le maire a fait des merveilles pour l'image de la ville, d'autant p^lus que de nombreux étrangers sont préopccupés par la montée des islamistes  depuis le printemps arabe . avoir une jeune femme comme maire a été trés attrayany pour le tourisme local." Dit il.
Pourtant les ambitions de EL MANSOURI semblent être beaucoup plus grands pour améliorer l'attrait touristique de la ville. Lors des élections nationales en Novembre 2011, elle a remprté un siège au Parlement du maroc, dans le cadre d'une coalition libérale en opposition à un parti islamiste modéré, qui a remporté les élections. EL MANSOURI, qui a deux  petits enfants , partage maintenant sa semaine de travail entre la Mairie et la capitale Rabat loin de Marrakech de 180 miles , elle est considére comme une étoile montante au sein de son parti PAM.
Pourtant malgré son dynamisme, les opinions politiques de EL MANSOURI restent, à certains égards, prudents en exposant  les tensions de révolte que  le gouvernement est déterminé à éviter  en introduisant assez de réformes pour absorber des manifestations de masse.
Mansouri attribue le calme politique  que connait actuellement le  Maroc aux actions et réactions rapides de sa Majesté le  Roi surtout  après les révoltes des Tunisiens en Décembre 2011 qui ont  pourchassé les milliardaires autocrates du pays. Clairvoyant que les Marocains pourraient suivre l'exemple d'un autre pays d'Afrique du Nord de langue française, le Roi Mohammed VI initie une nouvelle constitution, à la mi-2011, avec la  garantie des droits politiques plus larges. Les élections de novembre 2011 ont porté au pouvoir un parti islamiste modéré. "Le gouvernement marocain a fait quelque chose de très intelligent au début du printemps arabe», affirme Mansouri, qui dit avoir bénéficié des réformes, puisque son parti l'a présenté pour le Parlement comme un nouveau visage pour un univers politique plus ouvert. Parmi les initiatives du Roi intelligents, dit-elle, étaient «plus d'emplois pour les jeunes, moins de corruption et une politique plus transparente."
Pourtant, ces réformes ne répondent à toutes les aspiratiions. Malgré les actions du Roi, les jeunes Marocains sont tout aussi conscients des changements spectaculaires dans la région  et que leur situation économique ne s'est guère améliorée depuis la vague révolutionnaire  qui a commencé. Le 28 décembre, de violentes manifestations ont éclaté dans les rues de Marrakech contre la flambée des coûts de l'électricité, alors que les manifestants ont lancé des pierres sur les policiers, furieux à la hausse du coût de la vie.